Régionales de la Santé Mentale


CONTEXTE

La pandémie mondiale du coronavirus COVID-19 a amené les autorités à prendre des mesures strictes et très rapides de confinement, afin de ralentir la transmission du virus et de préserver les capacités du système de santé.
Les professionnels de santé appréhendent les situations avec l’outil d’analyse «bénéfice/risque». Dans le cas présent, les bénéfices attendus étaient connus, mais qu’en était il des risques ?
En effet, des mesures de cette ampleur n’avait jamais été instaurées dans notre pays.
Les scientifiques bénéficient du recul lié à d’autres épidémies : SRAS, Ebola, MERS, grippe H1N1, et des chercheurs de l’institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences du King’s College de Londres ont analysé 24 études, réalisées dans 10 pays, portant sur des personnes atteintes de ces pathologies , et qui ont connu une mise en isolement dont l’impact psychologique a pu être étudié.

 

Du côté des soignants, l’impact est majeur : dans les services hospitaliers où la mobilisation du personnel a permis de prendre en soin les très nombreuses victimes, mais même si leur métier les fait souvent cotoyer la fin de vie, le nombre de décès et leur soudaineté ont été exceptionnels.

Dans les Ehpad aussi, où en raison du manque d’équipement et de protection, et bien entendu de la fragilité des résidents, les soignants ont été confrontés à la mort de nombreuses personnes dans des conditions d’isolement familial.
Les soignants et la population générale sont donc concernés.

 

En dehors du contexte épidémique, la surmortalité des personnes ayant des troubles psychiques sévères est connue depuis les années 1930. Cette surmortalité s’aggrave de manière continue, alors que l’espérance de vie de la population générale augmente.
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y aurait 8 millions de morts prématurées dans le monde liées aux troubles psychiatriques. Des études ont montré que la première cause de mort des personnes vivant avec des troubles psychiques est naturelle, loin devant les suicides, les accidents et les homicides. Ainsi, par rapport à la population générale, l’espérance de vie des personnes vivant avec des troubles psychiques est écourtée de 10 à 20 ans et leur taux de mortalité est trois à cinq fois supérieur (OMS, 2015).



OBJECTIFS DES 2 SESSIONS AU CHOIX
Après le COVID-19, soignés, soignants : quelles conséquences en matière de santé mentale
> Prendre du recul pour analyser une situation de crise aigue
> Acquérir des connaissances sur le mécanisme du stress et les différentes réponses

DPC - Prise en charge des patients souffrant de troubles psychiques
> Connaître les modalités de prise en charge somatique spécifiques aux patients souffrant de troubles psychiques
> Identifier les attitudes et comportements des personnes présentant des troubles psychiques et ajuster ses réponses relationnelles pour préserver l’alliance thérapeutique

PUBLIC 
> COVID-19 : médecin, psychologue, cadre de santé, IDE, AS, IDEC, RH, professionnels du secteur sanitaire et médicosocial
> DPC : Médecins, IDE, IDEL et tous les professionnels du soin somatique qui dans leur pratique rencontrent des patients souffrant de troubles psychiques

METHODES 
> Alternance d’apports théoriques et travail sur des cas cliniques
> Support pédagogique remis aux participants

EVALUATION 
> Attestation de suivi de formation remise à l’issue de cette journée
> Compte rendu et temps forts de votre journée communiqués automatiquement

DROIT D'INSCRIPTION PAR PERSONNE
Salariés : 150 € H.T.
Libéraux : 125 € H.T.
Groupe à partir de 3 personnes (tarif par personne): 130 € H.T.
Étudiants (nombre de places limité) - 26 ans, justificatif obligatoire : 40 € H.T.

Pauses-café offertes, déjeuner libre

INSCRIPTION A UN PROGRAMME DPC :
(valorisable au titre du DPC sous réserve de sa publication)

L’inscription à un programme DPC aux Régionales de la Santé Mentale est bien distincte.

Il faut dans un premier temps :
                - s’inscrire aux Régionales de la Santé Mentale en sélectionnant « SESSION DPC»,
         
Vous serez ensuite contacté par notre Equipe DPC pour procéder à l’inscription à ce programme spécifique.
 

Pour les libéraux, ce programme DPC utilise 7 heures de votre budget de DPC et vous recevrez une indemnité calculée sur la base des forfaits en vigueur qui vous sera réglée par l’Agence Nationale du DPC une fois le programme terminé.
 

Pour les hospitaliers, la prise en charge se fait dans le cadre d’une convention de formation conclue entre l’organisme de formation et votre établissement.

avec notre partenaire

INFORMATIONS AUX PROFESSIONNELS LIBERAUX

Prise en charge de votre formation, les AUTRES solutions possibles :

1 - Crédit d’impôt + déduction de frais

Je peux bénéficier d’un crédit d’impôt. Le calcul se fait de la manière suivante : heures de formation x par le SMIC horaire.

Je peux aussi déduire tous mes frais de déplacement, d’hébergement et de repas.

2 - Déduction des frais

Je peux déduire mes frais de participation.

Je peux aussi déduire tous mes frais de déplacement, d’hébergement et de repas.


Renseignement
Christine DECLERCQ 
c.declercq@trilogie-sante.com 
Tél : 01 30 09 20 66


Pour accéder au programme et à l'inscription, cliquez sur la ville