Sport et Santé : mesurer le chemin parcouru…

Le 01 février 2021

Sport et Santé : mesurer le chemin parcouru…

Penchons-nous un instant en arrière pour mesurer le chemin parcouru… En effet, il y a tout juste dix ans, en juillet 2011, le Programme National Nutrition Santé (PNNS3), dans la continuité des deux précédents, rajoutait à ses objectifs premiers la nécessité de l’augmentation du niveau d’activité physique pour tous. En 2019, le ministre des Sports et celui des Solidarités et de la Santé mettaient en œuvre conjointement une « Stratégie Nationale Sport Santé » (2019-2024) avec la conviction que la pratique des Activités Physiques et Sportives (APS) pour la santé relève de l’intérêt général. En janvier 2020, 138 premières Maisons Sport-Santé (MSS) (1) certifiées voyaient le jour afin d’accompagner les personnes souhaitant débuter ou reprendre une activité physique et sportive pour leur santé et leur bien-être. Aujourd’hui, 250 nouvelles MSS se déploient sur l’ensemble du territoire, y compris en zone rurale, avec un objectif affiché de 500 en 2023. Bien sûr, la crise sanitaire, aussi inédite que massive, a quelque peu freiné la dynamique générale mais le socle est bien là et la stratégie gouvernementale lisible. Il y avait en effet nécessité à rapprocher les professionnels de santé et du sport, les faire travailler ensemble avec un objectif commun, celui d’accompagner des patients atteints de maladies chroniques, quelques 10 millions en France, pour lesquels une Activité Physique Adaptée (APA) (2) a été prescrite par le médecin traitant, tout en s’assurant de la sécurité de la pratique.

Constatons cependant que depuis le début de la pandémie, confinement après confinement, et même si les équipes médico-sportives ont proposé aux patients un suivi « dématérialisé » (appels téléphoniques, consignes par courrier, programmes sportifs digitaux…) leur pratique d’une activité physique s’est fortement réduite. La fermeture des salles de sport, leur désaffection des consultations de suivi par peur de se déplacer et de s’exposer au virus, une motivation en baisse et un moral affecté… autant de facteurs délétères pour leur santé. Cela pose un réel problème par rapport à leur traitement, parce que l'activité physique fait partie, à part entière de la prise en charge de leur pathologie. Les choses avancent cependant à petits pas. De nouveaux textes réglementaires voient le jour concernant, par exemple, les parcours de soin et le financement d’un bilan d’activité physique, psychologique et nutritionnel des personnes après un cancer (4 dans une année). Les personnes porteuses d’un diabète de type 2 devraient elles aussi être prochainement concernées.

En 2019, un rapport (3) de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité. (ONAPS) sur la prescription d’activité physique en France soulignait la diversité des dispositifs mis en place, la collaboration des différents intervenants (médicaux, paramédicaux, professionnels de l’activité physique et sportive formés, politiques, institutionnels) pour trouver des solutions adéquates pour tous. Cette évaluation, nous devons la poursuivre mais les projections sont rendues difficiles par la pandémie qui perdure. Nous savons cependant que la pratique de l’activité physique chez nos concitoyens, en population générale comme chez les personnes porteuses de maladie chronique, continue de baisser. C’est pour nous praticiens de santé, un véritable souci de santé publique en ce début d‘année 2021 et la vigilance est de mise. De fait, nous devons continuer à convaincre de l’impérieuse nécessité que de pratiquer ne serait-ce que 30 minutes de marche par jour en attendant des jours meilleurs.

  1. Elles peuvent être des établissements publics, des sociétés, des salles de sports privées, des associations sportives, des plateformes internet ou des dispositifs numériques, portées par des collectivités, des structures itinérantes, des centres hospitaliers, des réseaux de santé… https://www.sports.gouv.fr/accueil-du-site/actualites/article/les-premieres-maisons-sport-sante-sont-desormais-connues
  2. Activité Physique Adaptée (APA) : Dans le cadre du parcours de soins de patients atteints de maladies chroniques et d'affections de longue durée, vieillissants, en situation de handicap ou vulnérables, le médecin traitant peut prescrire une activité physique adaptée à leur pathologie et tenant compte de leurs limitations fonctionnelles et leur motivation. Les séances sont alors dispensées par des intervenants spécifiquement formés. https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/strategie-nationale-de-sante/priorite-prevention-rester-en-bonne-sante-tout-au-long-de-sa-vie-11031/priorite-prevention-les-mesures-phares-detaillees/article/la-sante-par-l-activite-physique-et-sportive
  3. L’activité physique sur prescription en France. Etat des lieux 2019. ONAPS http://www.onaps.fr/data/documents/191017_Onaps_Sport%20sur%20ordonnance_Rapport_vf.pdf

Professeur Martine DUCLOS, Service de Médecine du Sport et des Explorations Fonctionnelles, CHU de Clermont-Ferrand. Présidente de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité. (ONAPS) http://www.onaps.fr/

« L’activité physique ou sportive, un enjeu de santé publique », Intervention programmée à la Journée « ACTIVITE PHYSIQUE, Accompagner, Prescrire, Orienter » le 18 mars 2021 à Paris. Programme et Inscription ICI


Newsletter

* Champs obligatoires

Les informations que vous nous communiquez sont à notre usage exclusif et ne sont pas transmises à des tiers.

Toutes les brèves