L’hypnose thérapeutique au service des soignants : quelle valeur-ajoutée ?

Le 01 juin 2021

Depuis plus d’une année maintenant, nous sommes face à une situation sanitaire inédite qui nous oblige à puiser au fond de nous-même des capacités d’adaptation que nous n’imaginions pas. En effet, nous n’avons pas d’autre choix que celui d’accepter la situation que la pandémie nous impose, entre contraintes, isolement, angoisse, stress, manque de perspectives…

Pour les soignants comme pour les soignés, l’apport de l’hypnose thérapeutique peut s’avérer très aidant.

« L’hypnose est un mode de fonctionnement physiologique,
dans lequel le sujet entre en relation avec un soignant pour modifier sa relation à son corps et à la réalité environnante. »
(selon l’Association Française pour l’Étude de l’Hypnose Médicale)

Les soignants ont été surexposés - et le sont encore aujourd’hui - confrontés à la souffrance et à la mort comme jamais. Surmenés, épuisés, car en sur adaptation permanente, il n’y avait que très peu de place pour trouver matière à se ressourcer. Pourtant, l’autohypnose (1), pour ceux qui en font usage, permet en quelques minutes, de retrouver une respiration, un peu d’énergie et de calme. Le bénéfice est double car le soignant s’apaise et les soins qu’il prodigue s’apaisent également tout comme la relation soignant/soigné. Certains praticiens hospitaliers, formés à l’hypnose, ont pu également proposer à leurs équipes soignantes de courtes séances afin de faire retomber le niveau de stress, et ce, malgré la situation ultra tendue.

Du côté des patients, il y avait également beaucoup d’angoisse, tant pour ceux qui étaient infectés que pour ceux qui vivaient l’insécurité par crainte de l’être. Face à la lourdeur des soins imposés aux patients covid (réanimation, masque à oxygène, intubation...) conjuguée à la douleur, à la gravité de l’infection et à ses suites, aléatoires, les soignants ont dû développer une technicité extrême mais où la relation à l’autre était primordiale. Là encore, ils ont pu faire usage de l’hypnose pour aider le patient à mieux gérer l’angoisse, la douleur, la peur.

« Le praticien d'hypnose est garant de ses qualifications qui définissent ses propres limites,
compte tenu de ses formations et refuse toute intervention lorsqu'il sait ne pas avoir les compétences nécessaires »
.
Code de déontologie de l'Association Européenne des Praticiens d'Hypnose (A.E.P.H.)

Faisant partie des thérapies brèves, l’hypnose thérapeutique, on le voit, a pu faire ses preuves, en ces temps de pandémie mais rappelons qu’elle s’exerce au quotidien depuis de nombreuses années dans de très nombreux domaines - douleur, soins palliatifs, phobies, addictions (2)… - par des professionnels de santé formés à ses techniques. Pratiquer l’hypnose ne s’improvise pas et chacun doit rester dans son domaine de compétences, qu’il soit médecin, anesthésiste-réanimateur, dentiste, sage-femme, infirmier anesthésiste… Les bénéfices pour les soignants sont bien là, notamment dans les situations aiguës : plus de calme, moins de stress et d’agitation pour une atmosphère de soins plus sereine. Et in fine, un retentissement positif sur les personnes soignées par un effet miroir.

  1. Hypnose-toi toi-même ! Tabac, perte de poids, migraines, stress, sommeil… Dr Jean-Marc Benhaiem, Editions Flammarion, février 2019.
  2. Arrêter de fumer sans se prendre la tête, Dr Jean-Marc Benhaiem, First Editions, avril 2021. Un coffret qui associe un livret de 96 pages et une méthode audio de 6 séances d'hypnose pour se libérer de la dépendance au tabac.

Dr Jean-Marc Benhaiem, médecin hypnothérapeute depuis 1979. Fondateur du premier diplôme universitaire d’hypnose médicale en 2001, à l’université Paris VI, Pitié-Salpêtrière. Il dirige Hypnosis https://www.hypnosis.fr/, le centre de soins spécialisé dans les applications médicales de l’Hypnose et qui accueille des enfants, des adolescents et des adultes en thérapie individuelle ou de groupe.

« L’hypnose thérapeutique au service des soignants », intervention programmée en conférence plénière de 14h à 15 h lors de la Journée francophone de l’Hypnose, le 11 octobre 2021, Espace Saint-Martin, Paris 3e.

Programme et inscription, ici


Newsletter

* Champs obligatoires

Les informations que vous nous communiquez sont à notre usage exclusif et ne sont pas transmises à des tiers.

Toutes les brèves