Actualité Gériatrie

Le 17 avril 2017

Médicaments anti-Alzheimer : le déremboursement n’est plus à l’ordre du jour

Cela fait plusieurs années que les médicaments contre la maladie d’Alzheimer suscitent un débat dans le monde la santé. Globalement, les généralistes voient plutôt d’un mauvais œil la prescription de ces molécules qui, estiment-ils, ne servent pas à grand-chose et sont responsables d’effets secondaires délétères.  Mais les médecins spécialistes, en particulier les neurologues et les gériatres, sont eux plutôt favorables à la délivrance de ces traitements estimant qu’ils peuvent apporter un bénéfice à certains patients, tout en les inscrivant dans une prise en charge globale. Jugés d’un intérêt médical insuffisant par la Haute autorité de santé (HAS), en octobre 2016, ils continueront cependant à être remboursés du moins dans l’immédiat par une décision de Marisol Touraine*. La ministre suit ainsi les recommandations d’un rapport demandé à Michel Clanet, professeur de neurologie au CHU de Toulouse et président du comité de suivi du Plan maladies neuro-dégénératives 2014-2019. Si le déremboursement devait être instauré, l’économie potentielle pour la Sécu serait de 90 millions d’euros. Un chiffre estimé à partir des ventes réalisées en 2015, année où leur prescription avait diminué : 26 % des patients ayant une maladie d’Alzheimer ou des syndromes apparentés contre 31 % deux ans plus tôt.

-Communiqué de M. Touraine le 11 avril 2017


Newsletter

* Champs obligatoires

Les informations que vous nous communiquez sont à notre usage exclusif et ne sont pas transmises à des tiers.

Toutes les brèves